Biographie
Texte
Oeuvres numériques
Dessins  
Expositions


Swingin’ Safari   
6  septembre – 11 octobre 2008  
     

A l’occasion de leur première exposition personnelle  à la galerie anne barrault, les Qubo Gas (composés de Laura Henno, Jef Ablézot, et Morgan Dimnet) présenteront un ensemble de dessins inédits réalisés sur différents supports : papier,  dessin mural, installation vidéo…

Qubo Gas,
mural, 2008
technique mixte

 

Leur atelier se divise en trois parties distinctes, d’abord un coin plutôt cosy : table basse, fauteuils danois, récupérés mais toujours confortables, on peut y discuter, lire, écouter la musique, beaucoup de vinyles soigneusement rangés sur les étagères puis une  table avec les écrans d’ordinateur et enfin une autre grande table avec les feuilles de papier à dessin, les aquarelles, les encres, les pinceaux, les feutres...

“Oui, mais la musique reste toujours et avant tout liée à ce quotidien de la pratique artistique. Les titres des morceaux, le graphisme des pochettes ou encore les “insert”, vont agir comme des stimuli, ils sont liés au moment où je travaille, au maintenant.” (1)

Tous trois ont gardé les yeux et les oreilles ouverts à toutes les expérimentations, leur parcours artistique s’est constamment nourri des apports de la musique. Si la génération précédente (la mienne) avait placé dans la musique, dans le sentiment musical pour être plus large, l’idée de révolte, de destruction, eux ont tout naturellement placé l’idée de construction et l’ont intégrée à leur travail. C’est probablement là aussi qu’ils ont trouvé la plupart des réponses aux questions qu’ils se posaient. Donc ils ont écouté (et écoutent toujours !) beaucoup, ils ont aussi beaucoup regardé, je pense, dans cette direction musicale les réalisations graphiques pour les albums de Sonic Youth, Stereolab, Boredoms... Et puisque nous abordons la question des références japonisantes dans leur travail, c’est aussi probablement le Japon d’un ancien premier ministre grand amateur de heavy metal ou encore des groupes Japonais les plus extrêmes; notons en passant qu’une autre artiste dont le travail ne me paraît pas si éloigné (mais je ne sais pas ce qu’ils en pensent?) : Vydia Gastaldon a réalisé une magnifique affiche pour un de ces groupes Japonais : Acid Mothers Temple. Je vois également dans leur choix de titres, mais vous pouvez toujours chercher à les remettre dans le bon ordre, quelque chose qui renvoie à cette idée d’expérimentation musicale et puisqu’ils sont curieux : “Itchykoo Parc” des Small Faces, “Joy of a Toy” de Soft Machine, “Freaky Deaky” de Miles Davis, “Where is the Puzzle?” de Bonnie “Prince” Billy... 

“Je sais, tout cela peut paraître totalement irréel... Mais à la fin, on se dit que c’est tellement merveilleux que ça vaut la peine d’être fait et conservé. En textile, c’est le summum du raffinement.” (2)

“Watercouleur Park” a été commandée par la Tate en 2007 dans le cadre de son Net Art Programme. Des strates, couches de formes graphiques viennent avec la musique se superposer, s’épouser, se séparer... On devine très nettement les découpages de ces formes, parfois nous attrapons l’une d’elles et alors elle va suivre le mouvement que l’on va lui donner. Ce qui est en jeu, il me semble, est cette attitude très “détendue” dans l’utilisation de toute la gamme des possibilités techniques : du dessin à l’écran, du tirage à l’aquarelle, du jet d’encre au feutre... Il y avait déjà chez Hokusai cette volonté de passer des estampes à la peinture sur éventail, paravent... Ils me sortent de l’imprimante un dessin : structure en suspens  (un peu comme les “Créatures” de Bruno Pellasy directement tirées du monde sous-marin),  traits blancs sur fond noir et m’annoncent qu’ils vont travailler ce modèle avec une dentellière, soit la rencontre avec une des techniques les plus traditionnelles. C’est aussi, comme leur amie Zoë Mendelson qui aujourd’hui travaille le mural comme la simple page extraite d’un magazine, avec le même engagement, cette capacité de savoir aborder toujours aussi “justement” le support : de l’environnement complet, du mur à la simple feuille 21x29,7 et peut-être encore plus, mêler les deux... 

“Dans un paysage tropical haut en couleur, fermé à l’arrière-plan après un groupe de rochers, une étendue d’eau s’étale, miroitante parmi de vertes collines. Au milieu des eaux bleues, une fontaine svelte, quasi végétale, diffusant aux quatre coins de l’horizon les quatre sources paradisiaques; c’est la fontaine éternelle de vie.” (3)

            Ils m’avaient demandé de ne pas trop évoquer le végétalisme et le japonisme, tout juste avais-je entendu au cours d’une de nos conversations adressé à l’un d’entre eux : “c’est toi surtout qui regardais cela...” Qu’est-ce qui me pousse alors ce lundi matin vers le Musée Guimet pour l’exposition Hokusai ? le sous-titre : “L’affolé de son art”? La traduction littérale de l’Ukiyo-e : “ images du monde flottant”? Dans les salles j’examine attentivement les estampes des séries des grandes et petites fleurs, le voyage au fil des cascades des différentes provinces... Alors, bien sûr, j’y trouve des points communs avec leur travail, en premier lieu ce que François Cheng a magistralement montré (même si c’est à propos cette fois de l’art Chinois) sur la fonction active du vide, de la polarité... Dans l’oeuvre de Qubo Gas, il y a des pleins, des vides, des traits, des zones, une couleur ou beaucoup de couleurs... Les éléments ont été pris dans le mouvement même du temps, “Les figures dansent autour de nous.” 

            “Les Japonais divisent la nuit en plusieurs “soirées” successives, comme si elle était un ruban qu’on peut découper à sa guise. Avec un sens pratique admirable, soutenu par une certaine idée de la liberté de chacun et de la nécessaire cohésion de l’ensemble, ils font de la nuit une sorte de bande mince et flexible, où l’on peut s’engager pour une, deux, trois soirées, voire plus si affinités. La vie devient extensible jusqu’à ce que l’aube pointe, c’est-à-dire quasiment à l’infini. Souplesse exquise du temps, libéré des entraves du jour.” (4)

            Le monde, derrière nous était pantelant ou pire cynique, oui nous avions laissé quelques pistes mais tout cela était si brouillon, parfois même vaguement désabusé... Ils ont travaillé beaucoup et continuent, avec toujours cette curiosité, cette ouverture... Ils n’ont jamais hésité à aller chercher ailleurs les réponses aux questions qu’ils étaient amenés à se poser et un jour cette question a été celle de la pratique collective, celle du groupe... On connaît surtout le groupe en musique, en art cela a toujours été un peu plus compliqué, je pense, pour ma part, puisqu’ils sont trois, que plutôt que de dire : c’est plus d’objectivité, je dirai : c’est trois fois plus de subjectivité.

            “We few, we happy few, we band of brothers” (5)

 

   Yves Brochard

(1) Francis Baudevin, Hello spirale!, JRP Ringier, Zurich, 2005.

(2) À Alençon la dentelle ne tient qu’à un fil, Le Monde 2, n° 224, 31 mai 2008.

(3) Wilhelm Fraenger, Le royaume millénaire de Jérôme Bosch, Éditions Ivrea, Paris, 1993.

(4) Michaël Ferrier, Tokyo Petits portraits de l’aube, Éditions Gallimard, 2004.

(5) William Shakespeare, Henry V Oxford, University Press, 1982.

 

 

Avec le soutien du    Centre national des arts plastiques, Ministère de la culture et de la communication (aide à la première exposition)

 

Qubo Gas,
dentelle, 2008