Window Shape, 2013, 163x278cm, 2 photographies découpées en bandes et contrecollées sur chacune des faces d’un store vénitien.

A l’ouverture de la galerie, les lames du store sont orientées de façon à ce que la photographie du ciel de jour soit visible de l’intérieur, et celle du ciel de nuit de l’extérieur. A la fermeture, l’orientation des lamelles est inversée, et la photographie du ciel de nuit est tournée vers l’intérieur. Window Shade agit en décalage avec les cycles naturels. L’espace décide de suivre son propre temps. Une double réalité est créée : le jour se lève deux fois dans la ville, et la nuit tombe deux fois.

Faux-Jumeaux, 2014, rose blanche naturelle, rose blanche artificielle, vase, eau, 15x30cm.

Une rose naturelle et son imitation en plastique cohabitent dans le même vase. Au fil des jours, l’écart entre elles se creuse.


Opposite Chain, 2014, fer, acier inoxydable, 250x5cm.

Une chaine est composée alternativement de maillons de fer et d’acier inoxydable. Ces deux métaux ont des qualités opposées : le fer rouille et l’acier inoxydable ne rouille jamais. Avec le temps, les maillons de fer rouilleront complètement et la chaine se dissoudra.

Artificial Nostalgia, 2014, clé, terre, 15x15x7cm.

La clé de la maison de l’artiste au Liban est plantée dans un petit tas de terre de l’endroit où elle habite au moment présent.

STÉPHANIE SAADÉ

Graceful Degradation, 2013,
fer, acier inoxydable et laiton soudés, 40x270cm.

Une échelle est composée de trois métaux différents, chacun plus précieux que le précédent.
Elle incarne, dans sa structure même, l’idée d’une ascension, ou au contraire d’une descente.

Nostalgic Geography, 2013, carte imprimée, tracé en acier inoxydable miroir, 83x83 cm.

Un trajet familier, souvent traversé par l’artiste quand elle vivait à Paris, est transposé sur la carte du Liban. Le point de départ sur la carte parisienne - l’appartement qu’elle habitait à Paris, détermine le point de départ sur la carte libanaise – l’appartement qu’elle habite au Liban. La direction et l’échelle du tracé sont respectées. De nombreux obstacles rendent le trajet parisien impossible sur la nouvelle carte: il est interrompu par un fleuve, des immeubles, ou l’absence de routes. Par coïncidence, le point d’arrivée sur la nouvelle carte se situe très près de la ville natale de l’artiste.


Reverse Sea, 2014, impression photographique, eau, 29,7x42cm.

Tous les jours, l’équivalent d’un verre d’eau est déversé au bas d’une photographie de la mer méditerranée, prise depuis Beyrouth. L’eau remonte sur la photographie, lui donnant peu à peu l’aspect gondolé de l’eau, et réactivant ce paysage inaccessible car lointain. Dans le sens inverse, l’eau de la Méditerranée se déverse de la photographie vers le sol, venant plus près de là où se trouve l’artiste. (œuvre réalisée à Maastricht et Paris).

Golden Memories, 2015, ancienne photographie, feuille d’or, 10x14,5cm.

Une photographie de l’enfance de l’artiste est dorée à la feuille. Le souvenir passé n’est plus accessible, et renvoie dorénavant la réflexion du présent.

Accelerated Time, 2014, vase brisé, 12x45x9cm.

Un vase est brisé en fragments de plus en plus petits, jusqu’à ce qu’une partie de ces fragments soit réduite en poudre.