Rayane Mcirdi

œuvres

Rayane Mcirdi
Le Croissant de feu
, 2021
vidéo
35’46”

«Le Croissant de feu» est une histoire de famille. La série de films présentée lors de la première exposition personnelle de Rayane Mcirdi est un recueil de micro- histoires collectées auprès des différentes générations de son entourage par l’artiste. Ses proches racontent, à travers une série de films et d’images d’archives qu’il a compilés, des récits de migrations de l’Algérie vers la France, d’installation dans le quartier des Mourinoux, de gentrification et de transmissions de mémoires d’une génération à l’autre.

L’ensemble dessine, en creux, le portrait à la fois intime et collectif d’une famille, d’un quartier, mais aussi d’une société globale en constante évolution, faites d’identités et d’expériences plurielles.
texte Horya Makhlouf

vue de l’exposition “Le Croissant de feu”, 2021, galerie Edouard Manet, Gennevilliers.
© Photo : Margot Montigny

 

Rayane Mcirdi
Le Jardin, 2021
vidéo
22’29’’

Dans un parc, un déjeuner sur l’herbe, au bord de l’eau et en famille. Les tantes et la mère de Rayane Mcirdi, nées dans les années 1960, racontent leurs souvenirs d’enfance, leur passage du bidonville de Sartrouville au quartier des Mourinoux, et leur attachement à la ville dans laquelle elles ont grandi.

Rayane Mcirdi
Le Toit, 2018
vidéo
6’41”

 » Les princes de la ville  » est une série de cinq films documentaires tirés d’histoires récoltées auprès d’habitants des villes d’Asnières-sur-Seine et de Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine.

Du Toit à Asnières-Gennevilliers en passant par Love Will Come Later, Legba et One Two Three, ces court-métrages sont les transcriptions filmiques d’histoires personnelles et anecdotiques confiées à l’artiste sous la forme de confidences par ses proches – amis, cousins, voisins. Elles sont la matière d’une collecte, au sens ethnographique du terme, qui, mises bout à bout, forment une collection, venue dresser les contours d’une communauté faite d’héritages, d’histoires et de cultures parfois éloignés mais constitutifsd’identités singulières.

Aux dimensions politique et sociologique de cette collection s’en mêlent des cinématographique et poétique ; entre authenticité du récit et héroïsation des protagonistes qui cherchent à donner un rythme presque cinématographique à leurs aventures, c’est la manière dont peuvent s’écrire les récits qui est enfin interrogée ici. Au cœur de la langue-même dans laquelle sont exprimées les histoires se révèlent, en creux, leurs composantes implicites : en elles se mêlent des touches de français, d’arabe, de mina, d’argot des trois et de derija, et élèvent au rang de poésie cette  » langue de la banlieue  » partout ailleurs stigmatisée.
texte Horya Makhlouf

Rayane Mcirdi
Love will come later, 2019
vidéo
6’08”

Le toit, 2018
vue de l’exposition Désolé à la Galerie Edouard Manet, Gennevilliers
© Photo : Margot Montigny

 

Rayane Mcirdi
La Légende d’Y.Z., 2016/2017
vidéo
14’09”

Ce film explore les liens entre fiction et réel. Il met en scène Yacine Zerguit, passionné de film d’action et qui imite, depuis toujours, les cascades et les performances de ses stars favorites : Bruce Lee ou Jean-Claude Van Damme, jusqu’à les faire siennes.
Voir son cousin imiter ses icones a donné l’envie à Rayane Mcirdi de lui permettre d’en devenir une à son tour, dans son propre film. Yacine s’est ainsi vu confier l’écriture du scénario du film d’action dont il est le héros. Devenu  » Y.Z. « , il se lance dans une quête de vengeance de la mort de son frère, assassiné par le terrifiant Brali. Le héros entame un film de quête et d’aventure, digne reflet d’un blockbuster. Il lui faudra ainsi apprendre les rudiments de l’art du combat auprès de trois sages légendaires afin de maîtriser les techniques secrètes qui lui permettront d’accomplir sa mission.

Jeu sur le remake et la mise en scène de soi, La légende d’Y.Z., brosse également le portrait de la construction de soi en regard des modèles et principes que chacun décide de se donner. Dans cette quête fictive, comme dans sa vie réelle, la religion et le sport permettent ainsi à Yacine- Y.Z. d’atteindre l’absolution et l’accomplissement personnels. C’est dans les films d’action qu’il a visionnés à la télé, pratiquement tous d’origine asiatique, qu’il a notamment appris la rigueur avec laquelle il accomplit la moindre de ses actions. Ou comment la fiction peut devenir la vie, et inversement.
texte Horya Makhlouf

Rayane Mcirdi
You’ll Never Walk Never Alone, 2014/2015
vidéo
15’24”

Samir, fan de Liverpool depuis tout petit, a tellement regardé des matches de football et joué à FIFA – jeu vidéo de foot le plus vendu au monde – qu’il en a appris la langue, à savoir la grammaire, les tics de langage, et autres éléments de discours venus la constituer.

You’ll Never Walk Alone capture et retransmet en direct les manifestations des codes linguistiques qu’il a faits siens lorsqu’il joue en réseau à FIFA. Un jeu d’acteur se crée alors, qui rend poreuses les frontières de la réalité́ de sa chambre et de la virtualité de sa position de joueur. Au fur et à mesure du match, Samir est tour à tour – et tout à la fois – joueur, commentateur ou entraineur. La quasi-schizophrénie à laquelle succombe le protagoniste met en scène et en jeu les liens qui unissent réel et virtuel, image et langage, hobby et “ vraie vie “.
texte Horya Makhlouf

 

biographie

Rayane Mcirdi est né en 1993 à Asnières.

Diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2019 après être passé par l’École des Beaux-Arts d’Angers, Rayane Mcirdi produit une œuvre vidéo entre documentaire et fiction dont les acteurs sont des membres de sa famille ou des proches filmés chez eux ou dans des lieux qui leur sont familiers. Ses films capturent des évènements intimes ou collectifs ancrés dans le quotidien. Le vidéaste se fait ethnographe, collectant ces micro-récits.

Rayane Mcirdi a présenté sa première exposition personnelle en 2021 à la Galerie Édouard-Manet, Gennevilliers. Il a participé à plusieurs expositions collectives : en 2021, « 100% L’expo », commissariat d’Inès Geoffroy, à La Villette (Paris) ; en 2019, « Désolé » , commissariat de Mohamed Bourouissa, à la Galerie Édouard-Manet, Gennevilliers ; « Écuries Nord », commissariat de Clément Cogitore, au 104Centquatre, Paris ; en 2018, « Par amour du jeu », commissariat de Anna Labouze et Keimis Henni, Magasins Généraux, Pantin ; « La Fureur du Dragon », commissariat de Mohamed Bourouissa, Centre Pompidou, 2018, Paris.

Sur une invitation de Zineb Sedira, Rayane Mcirdi réalise actuellement un nouveau film dédié aux Chibanis (littéralement cheveux blancs en arabe dialectal).

 

Expositions personnelles

2023

  • projection | Centre Pompidou, Paris
  • 2022

  • projection | Le St André des Arts, Paris
  • Rayane Mcirdi | Le début de la fin | Galerie anne barrault – Paris
  • Around Video | Hôtel Moxy – Marriott, Lille

  • 2021
    Le Croissant de Feu. A Fatima Mahli, commissaire Lionel Balouin, Galerie Edouard-Manet (Gennevilliers)

    Expositions collectives

    2023

  • De leur temps (7) – Un regard sur les collections privées françaises » en partenariat avec l’ADIAF | Frac Grand Large — Hauts-de-France, Dunkerque | Commissariat : Keren Detton et Michel Poitevin
  • Nouveaux Hérauts | Centre culturel Jean Cocteau, Les Lilas | Commissariat : Audrey Illouz et Luca Avanzini
  • 2022

  • L'ami intérieur | Palais de Tokyo, Paris
  • 2022

    À fleur de peau, commissariat Loïc Le Gall – CAC Passerelle (Brest)

    2021 

    100% L’EXPO, commissariat Inès Geoffroy- La Villette (Paris)

    Glad to take height and see the slow-motion world – Commissariat Mathilda Portoghese

    Mohamed Bourouissa Filmprogram, Kunsthal Charlottenborg (Danemark)

    71eme Edition, Jeune Création – Fondation Fiminco (Romainville)

    2020 

    The Plates of The Present, So Far, commissariat Thomas Fougeirol et Jo-Ey Tang, Centre Pompidou (Paris)

    Hamdoulah ça va, commissariat de Mohamed Bourouissa et Sonia Perrin, DADA (Marrakech)

    2019 

    Detroit City Guide Book Vol.4 Rise From The Ashes, commissariat Julien Sirjacq, Galerie P38 (Paris)

    Désolé, commissariat de Mohamed Bourouissa, Galerie Edouard-Manet (Gennevilliers)

    A.C. Star, Animation culturelle FC, sur une proposition du RED STAR FC et de Mohamed Bourouissa, Rencontres de la photographie (Arles)

    Écuries Nord, commissariat de Clément Cogitore, 104Centquatre (Paris)

    Detroit City Guide Book Vol.3 High-Tech Dream Low-Tech Reality, commissariat Julien Sirjacq, Le Point Ephémère (Paris),

    Detroit City Guide Book Vol.2 Sport Complex, commissariat Julien Sirjacq, Le Doc (Paris)

     

    2018 

    Par amour du jeu, commissariat de Anna Labouze et Keimis Henni, Magasins Generaux (Pantin)

    I-n-t-o-t-o 6, commissariat de Thomas Fougeirol et Julien Carreyn, Fondation d’entreprise Ricard (Paris)

     

    2017 

    La Fureur du Dragon, commissariat de Mohamed Bourouissa, Centre Pompidou (Paris)

    Sharjah Biennial 13 – Act II, An unpredictable expression of human potential – commissariat de Hicham Khalidi, Christine Tohmé, Beirut Art Center (Beyrouth) 

    Bibliographie

    2022
    Biennale de Venise: «Le politique doit aussi passer par la joie», entretien croisé avec Rayane Mcirdi et Zineb Sedira, Claire Moulène pour Libération, Avril

    2021
    Rayane Mcirdi – Guillaume Lasserre pour 02, version numérique, Décembre

    2020
    « Refus d’obéissance » – Ingrid Luquet-Gad pour Les Inrockuptibles #1254, Mai

    2019
    « Rayane Mcirdi, une autre image de la banlieue » – Horya Makhlouf pour Jeunes Critiques d’Art/YACI International, Décembre

    2018
    Portfolio – Entretien, Causette #89, Mai

    presse


    LIBERATION * Claire Moulène, 23 avril 2022
    entretien croisé avec Rayane Mcirdi et Zineb Sedira
    Biennale de Venise: «Le politique doit aussi passer par la joie»

    02 * Guillaume Lasserre, 2021
    https://www.zerodeux.fr/news/rayane-mcirdi/

    Jeunes critiques d’Arts * Horya Makhlouf, 2019 
    https://yaci-international.com/fr/rayane-mcirdi-une-autre-image-de-la-banlieue/

    expositions



    Expositions à venir

    • projection
      Centre Pompidou, Paris
      23 février 2023 à 20h
    • De leur temps (7) – Un regard sur les collections privées françaises » en partenariat avec l’ADIAF
      Frac Grand Large — Hauts-de-France, Dunkerque
      Commissariat : Keren Detton et Michel Poitevin
      28 janvier - 23 avril 2023
    • Nouveaux Hérauts
      Centre culturel Jean Cocteau, Les Lilas
      Commissariat : Audrey Illouz et Luca Avanzini
      19 janvier - 18 mars 2023
    • L'ami intérieur
      Palais de Tokyo, Paris
      15 décembre 2022 - 8 janvier 2023

    Expositions à la galerie