Daniel Spoerri

œuvres

 

 

 

sans titre, 2012
Faux tableaux piège
Mosaiques années cinquante
70 x 100 cm

 

 

Die Ausnahme, 2012
Waschrumpeln
technique mixte
60 x 46  x 12 cm

 

 

 

 

Bamler “Bergsteiger” / “L’alpiniste”, 1998
Détrompe l’oeil
technique mixte
50 x 65 x 15 cm

 

 

 

 

sans titre, 2007
assemblage, technique mixte
49,5 x 39 cm

 

 

 

 

 

 

sans titre, 2003
cabinet anatomique : le colon
assemblage, technique mixte
36,5 x 34,5

 

 

 

 

 

Haar-Weinende (Pleurant des cheveux), 2008
résine et cheveux
32 x 22,5 cm

 

 

 

 

 

Petit monument à la merde, 2008
koprolith, bronze et marbre
21 x 12,5 cm

 

 

 

 

 

 

sans titre, 2012
cabinet anatomique
assemblage, technique mixte
36 x 34 cm

 

 

 

 

Background Fürtler, 2008
assemblage, technique mixte
37,5 x 35,5 cm

 

 

 

sans titre, 3 octobre 2015
rage de tableaux
technique mixte
125 x 160 x 45 cm

 

 

 

 

 

La bibliothèque de livres de recettes, 1990
avec les estampes de Roland Topor, Dieter Roth, Alfred Hofkunst, Bernhard Luginbuhl, Karl Gerstner, Christian Ludwig Attersee, Bernard Blume, Katharina Duwen, Sabine Schroer, Fritz Scwegler
59 x 55 x 34,5 cm

 

 

 

 

 

sans titre, 2016
détrompe l’œil
assemblage
42 x 34 x 6 cm

 

 

biographie

Daniel Spoerri est né le 27 mars 1930 à Galati en Roumanie. Son père est tué lors du pogrom de Lasi en juin 1941. Il se réfugie avec sa famille en Suisse en 1942.
Il entame une carrière de danseur en 1954, il devient le premier danseur de l’Opéra de Berne, puis sera assistant-metteur en scène au Landestheater de Darmstadt de 1957 à 1959 où il crée la revue poétique d’avant-garde « MATERIAL ».
Il réalise la même année ses premiers tableaux-pièges dont il explique ultérieurement le processus dans « Une Topographie anecdotée du Hasard » en 1962.
Installé à Paris en 1960,il crée les éditions MAT (Multiplication d’Art Transformable) et publie des multiples (livres d’artiste, boîtes-objets,sculptures…) de Yaacov Agam, Josef Albers, Pol Bury, Marcel Duchamp, Heinz Mack, Dieter Roth, Jesús-Rafael Soto, Jean Tinguely, François Morellet, Victor Vasarely et bien d’autres.
Proche de Tinguely depuis 1949 et d’Yves Klein, il signe la déclaration esthétique du nouveau réalisme.
Ami de Robert Filliou (1926-1987) depuis 1959, il se rapproche de George Brecht et George Maciunas, tous créateurs de Fluxus. Après avoir transformé la galerie J. en restaurant et les tables des repas consommés par des amis en oeuvre d’art, Spoerri ouvre un restaurant à
Düsseldorf et la Eat-Art Gallery où il expose notamment Joseph Beuys, Nikki de Saint Phalle, Richard Lindner, Morellet et Topor.
Aujourd’hui, Daniel Spoerri exploite le caractère magique de l’objet trouvé, réalisant des assemblages où se mêlent crânes d’animaux, instruments orthopédiques, hachoirs à viande, qui deviennent les idoles d’un art primitif inventé, se moquant des croyances et des conventions artistiques. Sur ce principe, il conçoit « les Corps en morceaux » au château de Oiron en 1993, parodie de trophées composées d’éléments d’armures, prothèses, masques africains, têtes de chevaux de bois…
Spoerri ouvre une fondation en Toscane en 1997 avec un parc de sculptures.

 

CHRONOLOGIE

1930

Naissance à Galati en Roumanie.

1942

Assassinat de son père Isaac Feinstein par les nazis et fuite en Suisse avec sa famille.

1952

Formation de danse et de mime à Paris.

1954

Rencontre avec Jean Tinguely. Premier danseur à l’Opéra de Berne.

1957

Fondation de la revue de poésie concrète Material et travail de metteur en

scène de théâtre.

1959

Installation à Paris. Fondation des éditions M.A.T. (Multiplication d’Art Transformable). Réalisation

des premiers Tableaux-pièges.

1960

Signature de la déclaration du Nouveau Réalisme initiée par Restany.

1961

Exposition des Détrompe-l’oeil à partir de tableaux détournés à la galerie

Schwarz à Milan, et des objets estampillés Attention oeuvre d’art à Copenhague.

1962

Publication de La topographie anecdotée du hasard, plus tard annotée par Emmet Williams, Topor

et Dieter Roth.

1963

Exposition 723 ustensiles de cuisine à la Galerie J où les repas sont transformés en tableauxpièges.

Série de l’optique moderne.

Participation à des événements Fluxus.

1964

Début des Piège à mots avec Robert Filliou.

1965

Exposition en galerie à New York de sa chambre au Chelsea Hôtel.

1966

Participation à l’exposition des « Objecteurs » d’Alain Jouffroy à Paris.

1966-1967

Installation sur l’île Symi en Grèce et réalisation des 25 objets magiques à la noix.

1968

Ouverture du Restaurant Spoerri à Düsseldorf.

Réalisation du film Résurrection avec Tony Morgan.

1969

Création des premiers objets en pâte à pain.

1970

Réalisation du banquet funèbre du Nouveau Réalisme à Milan.

1971

Ouverture de la Eat Art Galerie au-dessus du Restaurant Spoerri.

1973 : Début de la collecte d’eau des fontaines sacrées pour la Pharmacie

bretonne.

1977

Création du Musée sentimental et de la Boutique aberrante pour le Crocrodrome de Tinguely à

l’ouverture du Centre Pompidou.

1983

Professeur à la Kunstakademie de Munich.

Enterrement du banquet du Déjeuner sous l’herbe à Jouy-en-Josas.

1989

Présentation à l’exposition Les magiciens de la Terre au Centre Pompidou des « objets

éthonosyncrétiques ».

1990

Rétrospective au Centre Pompidou.

1993

Commande des Corps en morceaux pour le château d’Oiron.

1997

Création de la fondation « I l Giardino di Daniel Spoerri. Hic Terminus Aeret », et ouverture du jardin

de sculptures à Seggiano en Toscane.

2000

Exposition de La généalogie du marché aux puces, de 100 mètres de long.

2002

Exposition Le Restaurant Spoerri au Jeu de Paume à Paris.

2007

Installation à Vienne.

2009

Ouverture de l’Ausstellungshaus Spoerri à Hadersdorf am Kamp en Autriche.

2010

Début des fouilles du Déjeuner sous l’herbe.

2015

Les banquets Eat art ont été donnés en France et en Allemagne, le «Dîner Palindrome » à Chinon.

La cuisine des pauvres (du monde), exécutée par Sarah Wiener, à Berlin, à une exposition « Zero ».

Le 85ème anniversaire de l’artiste a été fêté à la Galerie Levy à Hambourg. Levy y exposa de

nombreuses pièces de musée montrant le développement du « Tableau piège » jusqu’à aujourd’hui

-. (Catalogue : « II Spoerri « There is » !)

La série des « oracles réalisés avec un simple fil » (« Fadenscheinige Orakel ») a été faite (pour

l’instant) avec 99 de ces collages de textile.

Les restes considérables de tissu – des centaines de mots et de lettres brodés découpés par

l’artiste- sont devenus une série de nouveaux tableaux par Spoerri.

À l’été 2015 une nouvelle sculpture a été installée dans le jardin du « Landesmuseum » de St.Pölten

en Basse Autriche. « Dead End » (Impasse) est la variante d’une sculpture bien connue des visiteurs

de « Giardino » »Das Massengrab des Klone ».

Une nouvelle sculpture de Daniel Spoerri (« chestnut acrobat » l’acrobate du châtaignier) a été

inaugurée lors du festival traditionnel du châtaignier à Arcidosso en octobre 2015.

Un projet appelé « Orcus porcus » est prévu en Italie. Daniel Spoerri a présenté la maquette d’une

intervention artistique qui pourrait devenir une extension du « Giardino », puisque le terrain en

question est à côté de celui du Giardino.

2016

Travail sur la série des Restes des restes.

Daniel Spoerri reçoit le prix Lovis Corinth.

Rétrospective à Regensburg, Kunstforum Ostdeutsche Galeriein.

Daniel Spoerri ne cesse de créer de petits collages et assemblages dans son atelier de Vienne.

2017

Expositions :

« Autour du Nouveau Réalisme », au musées « Les Abattoirs ».

Daniel Spoerri à la galerie Anne Barrault à Paris

« Dîner palindrome » à Vérone (Box Art Gallery, Gaburro)

2018

Une nouvelle série de petits assemblages appelée « The puppet series » la série des marionnettes et

« Five o’clock Puppet Tea »

Expositions :

Galerie Geiger Konstanz (Allemagne) « Everyday Life », 2/09- 13/10/2018

Muzej-Museo Lapidarium, Novigrad-Cittanova (Croatie)

Galerie Rigo : Daniel Spoerri « Pars pro toto »

Sfantu Gheorghe/Sanict Georgen (Roumanie)

MAGMA Contemporary Art Space ; « Djgesting the Past – Eat Art and Object Art ». (Digérer le passé

– Manger l’art et objectiver l’art).

Expositions personnelles

2017

  • Exposition 2017 | Galerie anne barrault – Paris

  • Expositions collectives

    2019

  • TOPOR N’EST PAS MORT | Galerie anne barrault – Paris
  • Gigantisme - art & industrie | FRAC Grand Large - Hauts de France
  • 2016

  • Topor, Morellet, Spoerri : La volonté de distance | une proposition d'Alexandre Devaux | Galerie anne barrault – Paris
  • expositions


    Expositions en cours

    • Gigantisme - art & industrie | 4 mai - 5 janvier 2020
      FRAC Grand Large - Hauts de France
    • TOPOR N’EST PAS MORT | 7 septembre - 26 octobre 2019
      Galerie anne barrault – Paris


    Expositions à la galerie

    publications


    Daniel Spoerri - L’instinct de conservation

    L'instinct de conservation

    Daniel Spoerri et Alexandre Devaux

    Buchet Chastel

    2018

    18,5 x 20,5 cm

    160 pages

    19 €

    Monsters are Inoffensive

    Monsters are inoffensive

    Robert Filliou, Daniel Spoerri, Roland Topor

    galerie anne barrault / Panique Publishers

    2017

    45 €

    3 préservatifs tricotés, tripotés, tricolores

    Daniel Spoerri

    1972-2019

    23 x 5,5 cm (1 préservatif)

    500 €

    Daniel Spoerri - Topographie anecdotée du hasard

    Topographie anecdotée du hasard

    Le Nouvel Attila et le Bureau des Activités Littéraires

    1961 - 2016

    396 pages

    25 €